lundi 16 mai 2016

Dans les coulisses de Simple CRM : partie 6


Simple CRM négocie depuis quelques mois ce tournant majeure qui le fera passer du statut de logiciel CRM, au statut d'assistant personnel intelligent.

Ce tournant est à la fois plus facile et plus difficile à négocier que prévu.

Il y a d'abord le fait que l'on doit communiquer sur un produit qui n'existe pas et créer de toutes nouvelles pratiques dans les entreprises (car si l'importance d'utiliser un logiciel de gestion de relation client est bien compris par les entreprises, l'utilisation d'une assistante virtuelle est quelque chose de totalement abstrait). Ce nouveau défis a déjà été abordé dans mon billet précédent : http://www.ihaveto.be/2016/04/dans-les-coulisses-de-simple-crm-partie.html

Ensuite, il y a la charge de travail supplémentaire afin de permettre à HaPPi de comprendre les données présentes dans Simple CRM (et ERP). Nous avions pensé à la base que la brique ERP, permettant la gestion des devis, bon de commande, facture, etc. allait nous ralentir et demander une charge de travail conséquente. En fait, il n'en est rien car le produit étant équipé d'un spectre fonctionnel large, spectre conçu il y a un an, nous avons une road map de développement assez léger. Par contre, notre socle de CRM en ligne semble avoir une road map qui, de par l'âge avancé de certaines parties du code, semble s'allonger sans cesse. Entre la ré-écriture complète d'une partie du code dans le cœur même de l'applicatif CRM, et la création de vues complémentaires pour la gestion du temps, d'une nouvelle interface graphique, de nouveaux rapports de gestion préventive ou encore une nouvelle API et la possibilité d'une customisation sur mesure ; le planning côté CRM donne vraiment le vertige.

Ce qu'il faut comprendre c'est qu'afin que HaPPi, notre assistante personnelle intelligente, soit capable de vous conseiller efficacement et de comprendre vos questions, nous devons revoir toute une partie du code de Simple CRM et qu'en plus, il faut penser toutes les nouvelles fonctionnalités sous l'angle de l'intelligence artificielle : « Comment une IA peut-elle utiliser ces fonctionnalités et en dégager de la valeur ajoutée ? »

Un test de HaPPi en direct de nos labos


Pour bien comprendre la difficulté du développement, il faut comprendre qu'à chaque ajout d'une fonctionnalité dans le logiciel CRM et/ou ERP, il faut vérifier que cela n'entre pas en conflit avec un des processus cognitifs précédemment acquis pas HaPPi. Pour ce faire, nous effectuons donc des batteries de tests.

Voici un exemple de test (exemple fictif afin d'illustrer) :



Vous vous doutez que plus on ajoute des fonctions, plus les batteries de tests deviennent longues. Une cession de test de base c'est presque 900 questions à poser à HaPPi et… ceci est la partie facile car nous ne sommes qu'en version 1.75 de HaPPi, autrement dit la version qui répond « seulement » à des questions.

Actuellement nous travaillons que la version 2.0 qui est la version qui « pense de façon autonome », c'est à dire la version de HaPPi qui vient vers vous en pointant des forces, des faiblesses, des opportunités, des menaces et vous propose des idées, des solutions et de stratégies.

Je vous laisse imaginer la complexité des tests cognitifs à mettre en place. Cela fait maintenant un mois que nous définissons les protocoles de test et on estime qu'il nous faudra encore 3 mois pour y arriver.

Bref, un conseil pour un jeune entrepreneur ?


Ne sous-estimez jamais les effets secondaires liés à un projet ; ayez une vue à 360 degrés de tous les impacts : les impacts prévus et les imprévus !

Pour l'anecdote, puisque le monde de l'intelligence artificielle est un monde encore nouveau, nous n'étions pas trop certains des tenants et aboutissants d'une telle création. Dès lors, nous avons doublé la durée de nos plannings prévisionnels et nous avons doublés les budgets prévus au départ. Et devinez quoi ? On a eu raison de le faire (^_^)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire