mardi 27 juin 2017

Dans les coulisses de Simple CRM : partie 10 – retour sur mes cessions de cours à l’Université


Les cours sont terminés. J’ai rangé mon cartable et mon pointeur laser.

Il est maintenant temps de revenir sur cette expérience.

L’UCL et l’ICHEC m’ont demandé de donné cours, autour de la stratégie CRM, du point de vu e-marketing.

L’UCL m’a proposé de me confronter à des élèves de master en dernière année, et l’ICHEC à des professionnels du secteur, en formation continue.

J’ai été enchanté de cette proposition car enseigner permet de prendre un recul formidable ! Expliquer donne de la perspective, offre une remise en question inédite et permet également de se confronter à d’autres réalités, réalités nées d’autres terrains.

Mon axe de travail a été de poser comme hypothèse que la relation client est un sentiment et que l’on ne badine pas avec les sentiments. Une stratégie CRM, est donc une stratégie orientée sur les sentiments, stratégie dont sont responsables la totalité des acteurs de l’entreprise et que cette stratégie se doit d’être piloté comme un travail collaboratif en ligne, cadré via des procédures (définies dans des WIKI), des plannings d’actions, des livrables, etc. autour d’un logiciel CRM, bien évidement ;-)

Il était « rassurant » de voir que la réalité professionnelle des étudiants collait parfaitement avec nos conclusions chez Simple CRM : il existe malheureusement un manque flagrant de maturité dans la stratégie client des entreprises.

En effet, les entreprises optent pour un logiciel CRM, qu’ils lancent « à la figure » des commerciaux, comme s’il s’agissait d’un simple outils façon Word ou Excel, sans prendre le temps de mettre en place toute la stratégie qui se doit d’accompagner ce type de solution.

Que ce soit dans de petite ou de très grandes entreprises l’approche du CRM est terriblement superficielle.

La bonne nouvelle est que mes élèves furent conquis par mes propos et que dès lors, je donnerai cours à nouveau l’année prochaine sur la même thématique.

Je pense que cette approche est réellement pertinente : en tant qu’éditeur, je connais les possibilités de l’outil, les différentes attentes des différents marchés. En tant réceptacle, je peux me positionner en tant que trait d’union, dont le but est de pointer les bonnes politiques stratégiques de la relation client.

La bonne nouvelle pour vous qui lisez ces lignes, c’est que je déteste écrire des cours… dès lors, j’ai créé un MOOC gratuit en vidéo qui reprend non seulement les phases théoriques, mais aussi les exercices pratiques, MOOC à découvrir sur : http://www.outil-crm.com 

vendredi 23 juin 2017

Nouveau livre de Brice Cornet: "Créer votre startup sans moyen financier et lever 1.000.000 € "

Il est enfin là! Mon nouveau bébé, livre consacré aux startups, est (impri)né et bientôt disponible chez votre libraire préféré, à la FNAC et sur Amazon.

Un site web lui est consacré. Vous y trouverez une présentation, IBN, lien d'achat en ligne, etc: http://the-happiness-at-work.com/startup/

Bonne lecture à tous et à toutes!

dimanche 11 juin 2017

5 prévisions pour l’avenir : disparition de la notion actuelle de véhicule, création de pays privés, transformation totale des villes, catastrophes nucléaires et privatisation de la conduite des états.


Lors du dernier cour que j’ai donné à l’ICHEC (Bruxelles), un de mes élèves m’a demandé de prédire l’avenir;-) Oui parfois, les questions des étudiants sont étonnantes !

En ce magnifique dimanche, posé dans mon jardin, je trouve cette question très intéressante et je vais tenter de me prêter au jeu, même si mes prédictions risquent de vous donner le cafard… #désolé

2020 : disparition de la notion actuelle de véhicule


Lorsqu’UBER est arrivé sur le marché, j’avais envie d’écorcher vif les pseudos journalistes et autres yéyés de l’économie participative : « c’est l’avenir, le partage, une révolution qui renverse la dictature de la réglementation économique, etc... ». Ces personnes sont des idiots, incapables de voir au-delà d’un communiqué de presse ou d’un article en mode copier/coller du brand de l’entreprise.

La stratégie d’UBER est simple :
- créer des emplois précaires
- utiliser ces emplois précaires pour perturber un secteur économique
- affaiblir ce secteur
- détruire ce secteur
- utiliser l’argent amassé via l’exploitation des emplois précaires pour créer des robots qui remplaceront les emplois précaires
- dominer le marché

Ce qu’UBER vise est simple : mettre en faillite les compagnies de taxi, pour ensuite proposer un réseau de voiture autonomes, sans chauffeur.

La même logique suivra pour les secteurs du transports routiers, où les camions « robots » deviendront la norme. Même chose pour l’aérien et le maritime.

A terme, la plupart des personnes n’auront plus de voiture, mais payeront un abonnement mensuel à une compagnie qui proposera des voitures/minibus autonomes.

(Je ne poserai pas de jugement de valeur sur mes prédictions. Libre à vous de commenter et de donner votre point de vue.)

2030 : Création de pays privés


L’intelligence artificielle va exploser dans les prochaines années.

Puisque nous ne pourrons pas battre les machines à leur propre jeu, la seule solution sera d’en devenir une.

Le transhumanisme va poser de nombreuses questions éthiques.

Je pense que les gouvernements vont vouloir freiner ce courant, car il va creuser un peu plus fort les écarts entre les couches sociales de la population.

La solution, pour que les entreprises puissent continuer à travailler sur cette technologie, sans être freinées par les états, va être, pour ces géants économiques, de créer leurs propres pays, qui répondra de facto, à leur propre législation.

Pour ce faire, ces entreprises créeront des îles artificielles dans les eaux internationales, où seule la réglementation intérieur définie par ces entreprises fera office de loi.

2035 : Transformation totale des villes


La domination de l’électricité va induire une transformation totale des villes.

En effet, les besoins croissants, que ce soit en terme de recharge de véhicule, de consommation de puissance ou de calcul ou plus simplement en chauffages ou climatisations, va nécessiter une refonte totale des systèmes d’approvisionnement en électricité, les câblages actuels étant incapables de supporter la charge électrique nécessaire.

Il en résultera l’arrivée d’une nouvelle technologie qui se devra d’être déployée afin de faire évoluer la totalité des villes : un chantier immense qui durera plusieurs décennie et qui sera une occasion unique de réinventer la notion même d’urbanisation. 

2040 : Une ou plusieurs catastrophes nucléaires majeures


Bon ok, pas hyper fun cette projection…

Cependant, il me paraît évident que notre incapacité à démontrer les centrales nucléaire ne trouvera pas de solution dans le futur.

La logique de « sur-économie » poussera à confier les chantiers d’assainissement à des sous traitants, qui eux-même vont sous traiter et qui eux-même vont… bref un ou plusieurs accidents graves seront inévitables.

2050 : La privatisation de la conduite des états


Les pays autonomes ventant leur réussite (réelle ou imaginaire), les catastrophes nucléaires aidant, la corruption du politique n’étant enfin plus acceptables aux yeux des électeurs, certains pays vont privatiser la gestion de leur état et la confier à des entreprises privées.

La gestion publique sera remplacée par une gestion privée largement automatisée (suppression des administration et remplacement par une intelligence artificielle, services publics robotisés, etc.).

Les élections serviront à élire l’entreprise qui proposera le meilleur business pour la gestion de l’état, pendant une période de 3 à 5 ans.

Conclusion


Voilà ! Ceci est ma petite vision du futur, vision rédigée le dimanche 11 juin 2017, dans un transat, au fond de mon jardin.

J’aurai pu aussi vous parler de la futur suprématie de l’Afrique sur l’Europe, mais j’aborde déjà le sujet, chiffres et études à la clef, dans mon nouveau livre consacré aux startups et qui sortira le 20 juin. Info sur : http://the-happiness-at-work.com/startup/

N’hésitez pas à commenter et à apporter vos visions du futurs.

A dans quelques années, pour vérifier si j’étais loin de la vérité ou non !

vendredi 9 juin 2017

Revivez une mission lunaire grâce à cette #vidéo ahurissante réalisée uniquement à l’aide d’images d’archives des missions spatiales. #science #espace

Préparation d’un petit voyage aux USA



C’est dingue comme, en tant qu’européen, on oublie souvent la dure réalité du monde.

Cela fait des années que je me balade et que je travaille en Europe. Il est naturel pour moi, d’accéder à tous ces pays, d’y séjourner aussi longtemps que je veux, muni de ma seule carte d’identité belge.

Or, depuis quelques mois, une idée germe : voir si l’herbe serait plus verte dans les pâturages de nos voisins américains… en clair : étudier la possibilité d’ouvrir une entête Simple CRM dans la Silicon Valley.

Nous avions déjà auparavant posé un pied à New York et ce ne fut pas une réussite ; mauvais associé, management pas assez cadré, mauvaise stratégie.

Cette fois-ci l’idée est donc que je m’implique à 200%, ce qui signifie que je me rende et que je reste sur place.

Evidemment, c’est tout de suite moins simple qu’en Europe ;-)

Je viens de découvrir un système appellé ESTA, un système de renseignement utilisé par le département de la Sécurité intérieure des États-Unis pour les ressortissants des États bénéficiant du programme d'exemption de visa (PEV, qui requiert notamment la transmission aux États-Unis des données PNR). Ceux-ci doivent compléter en ligne le formulaire I-942 avant d'entrer sur le territoire des États-Unis. Les passagers qui ne se sont pas enregistrés à l'ESTA risquent d'être interdits de vol, bien qu'il leur soit possible de régulariser leur situation à l'aéroport. Le programme est en vigueur depuis août 2008, et est devenu obligatoire le 12 janvier 2009.

Bref, tout un programme quoi !

La bonne nouvelle c’est que cela peut se faire en ligne, ce qui simplifie tout de même le boulot ;-)

Différents sites webs, permettent d’imprimer esta, en quelques clics. N’oubliez pas de le faire, afin d’éviter de gros et désagréables soucis.

mercredi 17 mai 2017

Gestionnaire WIFI sous Linux

Vous l'aurez compris, j'ai une dent ces dernières semaines, contre le gestionnaire WIFI par défaut de Linux que je trouve terriblement pauvre.

Pour ceux qui sont sur une base Debian, je vous invite à saisir:

sudo apt-get install wicd

Ce qui vous donnera par la suite accès à ceci:


C'est quand même mieux non ? ;-)

lundi 8 mai 2017

Scanner wifi Linux afin de visualiser le bruit sur les channels

Dois-je en dire plus ?

sudo add-apt-repository ppa:wseverin/ppa
sudo apt-get update
sudo apt-get install linssid


:-)